Démarche en arts plastiques à partir du masque

Samedi 18 août 2007, 16h30, salle Londres, 19 participants

Intervenants : Monique COL SEGAERT, Patricia SAGNIER, Jacky DELARGE (GEDEM 91)

Un grand merci à Odile KLINGER VETTER pour le « 4 pages » et la préparation matérielle.

 

Historique de la démarche :

         Des gamins capables de produire des textes libres qui font des productions stéréotypées en même temps.

Site de l’IA 91 è blé91

         Projet : musée d’école. 8 sous-verre/classe et, par un système de sélection, mis en valeur « d’œuvres »

 

Cette démarche nécessite une réorganisation totale de la classe : tout le matériel, tous les outils… doivent être à disposition des élèves en autonomie.

Projet arts plastiques sur une semaine

Objet : sortir de l’école (hall de l’hôpital par exemple ou chez des commerçants…)

5 étapes (voir le 4 pages, une copie double du GDEM 91) :

  1. on part sur un seul mot : exemple : mot, masque, famille, carré ou couleur… Déballage oral : chacun s’exprime sur ce mot. On note tout. L’enseignant note sur un affichage, les propositions des enfants en les classant. Le lendemain on revient sur le déballage.
  2. on explore : comment on ferait des masques. Ateliers dans la classe, pour découvrir des techniques. Sur feuille A4. c’est la période d’essai. C’est une  contrainte très forte (le sablier on part de quelque chose de large et ça se réduit au moment où on s’y essaie puis après on se rouvre pour les œuvres).
  3. on récupère tout ça et on commente, on regarde, on voit les différences. On met en valeur toutes les techniques et on apporte le côté culturel (la part du maître), les œuvres des grands artistes ont le même statut que celles des élèves. On découvre d’autres méthodes, les titres… petite astuce : on travaille avec des petites reproductions : exemple : site sur lequel on trouve des fichiers jpeg d’œuvres d’artistes en diaporama qui ont travaillé sur le thème. Autre petite artiste : demander à sa bibliothécaire les magazines « Beaux Arts » qui partent au pilon 
  4. nourri de tout ça, on produit les œuvres, les tableaux. Les élèves vont chercher leur matériel en fonction de leur projet. On se déplace avec son œuvre : si on veut faire de la peinture, on se déplace avec son œuvre. Petite astuce : pour aller à l’atelier peinture, il faut un tablier rouge. Pour l’encre, il faut un tablier bleu. Pour les ciseaux, on peut en mettre que 6 paires… on propose plusieurs formats de papier, plusieurs couleurs… les élèves produisent autant de projets qu’ils veulent. C’est la date butoir qui va faire que le projet s’arrête. Signature, titrage, encadrement.
  5. l’exposition : dans l’école + invitation des parents avec fabrication des petits fours, des invitations etc.

 

On peut proposer aussi de faire par exemple du papier cadeau (le maître apporte différents paquets cadeaux et on regarde comment c’est fichu) ou encore on veut faire des couvertures de cahiers rien qu’avec des éponges.

Exemple rapide sur le thème du masque.

  1. mort, carnaval, Afrique, rites, nez, bouche, œil, visage, secret, émotion, mascarade, démasquer, peur, danse, transformé, couleurs,symétrie, Venise, esprit, mort, sorcier, jeu, tragédie, puissance, cachés, fer, protection, magie, dépersonnalisé, grotesque, changé, distance, spectacle,

  

A partir des notes prises par Isabelle RAZOUX

Ce site, au service du mouvement ICEM34 - pédagogie Freinet, en est à sa troisième évolution (voir : Histoire du site).

Site réalisé par Cédric Serres et Pierre Cieutat, dessins et logo  par Lois René, bandeau par Cécile Dumas.

Contacter les administrateurs

Site réalisé sous Joomla à l'aide de Template creator (merci Cédric) et hébergé chez OVH
Association ICEM34 - association loi de 1901 enregistrée à la préfecture de l'Hérault